MOOD OF THE NIGHT

2 avril 2019

 

Un article non prévu, mais j’avais besoin d’écrire ce soir. La plupart sont calculés ici, je passe plusieurs jours voir des semaines pour rendre l’article parfait, mais celui-ci sera juste mon état d’esprit, un mini bilan après pratiquement quatre mois en Irlande.

Le temps est passé à une vitesse, même si mon Lyon me manque, ma famille, mes amis et surtout mon amour de chat. Ici, la vie est incroyable ; une Irlande si chaleureuse et accueillante avec des personnes en or. 

Il y a deux ans, je ne pensais pas partir étudier à l’étranger ; voyager oui par mes propres moyens, mais partir vivre plusieurs mois dans un pays inconnu pas vraiment. Vous êtes une majorité ici à le savoir, c’est mon école qui nous envoie à l’international. Mais l’international fait partit d’un nouveau programme dont je ne faisais pas partie en étant une promotion avant. 

J’ai commencé mes études supérieures il y a quatre ans maintenant, deux ans remplis d’émotions dans cette école, beaucoup de travail, de stress, de peur et de joie. Mais j’ai passé les années. Arrive ma rentrée de troisième année, contente de retrouver ma promo, mes amis. Simplement, mon corps en à décidé autrement. M’obligeant à stopper mes études, ma vie, mes passions, la danse. Me couper entièrement de tout du jour au lendemain. Passer d’examens en examens, séjourner à l’hôpital en attendant l’avis de beaucoup trop de médecins différents, me faisant subir des traitements, des préparations et des examens beaucoup trop lourds. Comme paralysé des jambes, j’ai perdu ma souplesse et mes bases en danse. J’étais enfermé à l’hôpital ou chez moi sans aucunes occupations. Malgré le soutien infaillible de plusieurs personnes (qui se reconnaîtront) je me suis sentie seule et hors de mon corps. Aujourd’hui encore, je n’ai aucune explications de la part des médecins, je ne sais pas ce que j’ai pu avoir ou que j’ai encore, je ne sais pas. Une chose est sûre, c’est que mes jambes sont là et que je marche. 

Les séances de rééducation ont été tout aussi dur physiquement que moralement, mais mon kiné à juste été exceptionnelle. Ma team danseuses et mon prof également ! Car quand les poumons et le cœur ne fonctionne plus ensemble, la danse classique et tout simplement le moindre effort devient invivable. Mais ils ont tous su m’aider à reprendre tout ce que j’ai perdu en quelques mois. Reprendre la danse à été une revanche sur la vie, et tout simplement un moyen de m’évader quelques heures par semaines. 

Me retrouver ainsi pendant un an, loin de l’école, me faisait douter de mon avenir et j’étais dégoûtée de mon école. Je voulais tout laisser tomber, et à quoi bon continuer ? Mes amis allaient tous partir finir leurs années sur Paris. Me retrouver dans une nouvelle promo, avec des « inconnus » je n’en avais juste pas envie. Je voulais m’évader, partir loin de la maison et quitter ma ville de coeur. La vie en a fait autrement et j’ai été forcé de rester à Lyon, un nouveau coup dur à encaisser. Je suis partie le jour de la rentrée à reculons, j’étais dégoutée, je voulais tout stopper. Mais j’ai été si bien accueilli par cette nouvelle classe, ses petites personnes adorable.

Dans mon malheur, j’ai eu cette chance incroyable de me retrouver dans cette promo et pouvoir partir un semestre à l’étranger. Et je suis totalement reconnaissante de ce que j’ai aujourd’hui. Je grandis chaque jour un peu plus par cette expérience. Je ne pourrais la décrire tellement c’est puissant. Mes Canadiens m’ont toujours dit que j’allais vivre une expérience incroyable, rentrer avec des souvenirs inoubliables et grandir. Et surtout comprendre ce qui est réellement important dans la vie et ce qui est à côté complètement superficielle. Je savais qu’ils avaient raison, je savais que j’allais vivre quelque chose d’inoubliable mais je m’attendais pas à autant, je ne saurais pas le mettre par écrit, il y a pas de mots pour décrire ce sentiment. J’ai juste une chance inouïe.

Aujourd’hui, je sais pertinemment ce que je veux pour la suite, pour dans quelques mois et pour dans deux ans. Je vis tout simplement mon bonheur, et j’en prends pleins les yeux, car tout passe si vite. 

C’est peut-être peu pour vous, mais pour moi, c’est énorme tout ce que j’ai gagné en deux ans. Le simple fait d’écouter des chanteurs sur Grafton Street me ramène les pieds sur terre et me rappelle les bonheurs simples du quotidien qui me donneront des souvenirs mémorables.

J’ai toujours voulu voyager, mais je me disais « quand je serais grande », en l’espace d’un an, j’ai découvert deux pays complètement différents, mais si magique autant l’un que l’autre. Avec une vision différente, puisque à la différence de l’Irlande, je n’ai pas vécu au Canada. J’ai seulement passé dix jours, mais complètement fou ! Ce qui est identique, ce sont les étoiles dans les yeux et mon sourire que j’ai dans ces deux pays. Lors de mon voyage au Canada, j’ai été entouré de gens merveilleux qui ont par eux-mêmes gravés de si beaux souvenirs. Actuellement, j’ai pu découvrir une partie de l’Irlande avec des personnes toutes aussi exceptionnelles. 

Mille mercis pour tout, mille mercis pour cette vie. 

Trois photos qui ont immortalisé des moments importants. Mon voyage au Canada, le premier jour où j’ai pu reprendre la danse.
Puis, le jour de mon gala où j’étais à des kilomètres d’imaginer réaliser ce solo, celui qui a marqué la fin d’une année difficile.

Merci Kévin pour ses photos !